top of page
  • Stéphan Le Doaré

L'Europe est "norme" ?

Pour commencer cet article, je vous propose de faire un bref retour sur le pouvoir des normes*.

On trouve des normes à peu près sur tout et il faut bien le dire, celles-ci passent souvent inaperçues. Les normes sont pourtant en filigrane dans notre quotidien et tendent à l'envahir.

Du bon conditionnement des aliments à la façon dont on valide une sécurité informatique en passant par le diamètre des tuyaux ou la taille des escaliers d'un ERP (Établissement Recevant du Public), les normes transportent des valeurs et intéressent tout autant l'État que les sociétés. En ce sens, celui qui "pousse" l'émergence d'une norme réalise en fait un lobbying en mode "soft-power" (si vous me permettez cette expression) pour une manière de faire, la sienne étant généralement la meilleure au regard de la norme en question. Ainsi, la norme, qu'elle soit locale ou internationale, touche à l'économique, au politique et in fine au géopolitique et elle impose une méthode qui favorise généralement l'entité qui la crée.

L'émergence d'une norme réalise en fait un lobbying en mode "soft-power"

Quand on regarde l'Intelligence Artificielle (I.A.) par un prisme normatif, on se rend bien compte qu'il va être très compliqué d'enfermer ces algorithmes dans un tel système. C'est un peu comme remettre dans la boite de Pandore tous les malheurs que la première femme mortelle aura laissé échapper en ouvrant ladite boite.


Encore une fois, tout est histoire de boite, Graeme Allwright aurait été séduit !**

Car pour normer des I.A. il faut pouvoir en auditer complètement le contenu. L'I.A. Act, système normatif des I.A. proposé par l'Europe, parle de systèmes à risque plus ou moins élevé : il faut effectivement pouvoir observer ces systèmes pour savoir si oui ou non ils sont à risque. Or, comme vous le savez, concernant les algorithmes d'IA, je les vois plus comme des systèmes opaques par nature que totalement transparents. C'est systémique, j'allais dire.

Et on peut donc légitimement s'interroger sur le pourquoi des normes européennes de l'I.A. Act visant à classifier les algorithmes selon leur "dangerosité" afin de les interdire en Europe si le risque pour le citoyen était trop grand, tout ceci en excluant en plus les systèmes d'armes, qui ne se trouvent pas concernés.

L'idée est pourtant intéressante dans le sens ou, sous couvert d'une belle intention humaniste, elle protège en fait un marché économique, le marché européen, face aux géants chinois et américains. Bon, soyons clair et lâchons le mot, c'est une guerre économique, ou mieux, une défense européenne que tente l'Europe face au risque économique induit par l'arrivée des I.A...

C'est une défense européenne que tente l'Europe

Mais d'un autre côté, je ne peux pas m'empêcher de penser au chevalier noir dans le film "sacré graal" des Monty pythons***. Ce chevalier défend un pont et perd un membre à chaque tentative d'arrêt du roi d'Angleterre. Il finit homme-tronc inoffensif, continuant de crier "je suis le chevalier noir ! je défends le pont et vous interdit de passer..." en vain...


Le problème de ce chevalier est qu'il n'était pas assez fort face au roi, malgré sa grande bravoure au combat. Sa norme (défendre le pont) était sa priorité (irrationnelle) mais il n'avait pas les moyens de ses ambitions. De même, l'Europe a beau vouloir légiférer (i.e. déclarer une guerre économique aux géants de l'Internet), la question de ses moyens et de ses outils reste entière. Aucune société issue du sol européen n'est aujourd'hui de taille à affronter les concurrences chinoises ou américaines. Et à chaque fois qu'une pépite tente sa transformation en licorne, elle se fait racheter par ces dernières, passant sous pavillon étranger.


Ainsi, sans vouloir être dur avec ceux qui travaillent d'arrache-pied pour rédiger cette norme européenne qu'est l'I.A. Act, on peut se demander si l’Europe ne joue pas là le rôle du Chevalier Noir dans le grand film de l'histoire mondiale ? En se coupant des membres, l'Europe ne va-t-elle pas devenir la grande oubliée de l'Histoire, tandis qu'on observe un basculement de l'économie mondiale d'un G7+ vers une Chine conquérante et d'autres BRICS revendicatifs ?


Stéphan Le Doaré


Sources :

* Concernant les normes, je ne peux que vous conseiller cette interview de Mme Claude Revel sur la chaine OpenBox TV (Alain Juillet)

** "Les Petites Boites", chanson de Graeme Allwright, un conte philosophique musical

*** La scène du Chevalier Noir du film "Sacré Graal", des Monthy Python

- Bien sûr, l'IA Act pour les courageux...

Posts récents

Voir tout
bottom of page