top of page
  • Stéphan Le Doaré

Le "Cheval de Versailles"

Alors que le sommet « Choose France » bat son plein à Versailles avec des annonces d’investissements étrangers repris ici et là par les grands médias, je me demande si on peut se résoudre à se féliciter simplement de cette orientation.


En effet, on notera la remarque de Brad Smith, de Microsoft, qui considère donc qu’il fait ici « l’investissement le plus important que nous n’ayons jamais réalisé en France », avec un investissement de 4 milliards d’euros. Amazon, par sa filiale AWS (Amazon Web Services)  jouerait presque « petit bras » avec seulement 1,3 milliards d’investissements sur l’hexagone.


Mais alors pourquoi diable râler quand tant de belles affaires se profilent, quand tant de milliards se déversent sur notre beau pays ?

Et bien peut-être devrait-on relire Homère. Son Odyssée retrace le retour d’Ulysse chez lui, à Ithaque, dans une route parsemée de difficultés, croisant des dieux et des sirènes… Il est un épisode des plus troublants quand on pense à « Choose France », celui du cheval de Troie, qui permit à Ulysse de prendre la ville du même nom par le stratagème bien connu.


Vous voyez donc arriver ma question : quelle bataille se cache dans ces chevaux de Troie que représentent ces investissements étrangers ?


Autre question : quand sera-t-on enfin capables de monter un cloud souverain digne de ce nom ? Le sera-t-on seulement un jour ? Il est proprement extraordinaire de laisser ces entreprises principalement américaines récolter les nombreuses lignes financières (qui sont, elles, françaises ou européennes !) attribuées à l’IA et à l’IT simplement parce que des grands travaux n’ont pas été entrepris et qu’on n’est pas capable d’aligner une concurrence à la hauteur !


Comparaison n’est pas raison mais quand même, lors des derniers grands virages technologiques industriels, nous (je veux dire l'Etat !) étions là (nucléaire, transport avec le TGV, aéronautique avec le Concorde puis Airbus, spatial avec Arianespace, médical…).


Nous manquons encore complètement la possibilité de reprendre « le lead » comme on-dit aujourd’hui sur les futures technologies, tandis que d’autres (les sociétés américaines) continuent la lutte économique, toujours.


"Choose France" porte décidément bien son nom des deux côtés de l'Atlantique.


Stéphan Le Doaré

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page