top of page
  • Stéphan Le Doaré

Ségrégationnisme jaune

La couleur jaune est décidément celle de l’année ! Après les gilets jaunes, voici le ségrégationnisme, historiquement associé à cette couleur. La tristement célèbre étoile de la Seconde Guerre mondiale était elle aussi de cette couleur. Coudre une étoile de David classait les juifs, les séparaient du reste de la population, pour leur plus grand malheur.



Aujourd’hui, la technologie renoue insidieusement avec l’Histoire. Le « péril jaune » de Wang Lixiong sera finalement peut-être différent dans sa forme : ce ne sera pas la fin du Parti communiste chinois qui mènera à une troisième guerre mondiale, mais peut-être le ségrégationnisme technologique auquel nous assistons sans vraiment le relever.

Et les exemples commencent à être nombreux, très nombreux. La course à la donnée, nouvel or noir, fait faire n'importe quoi. N'importe quoi ? Pas si sûr ! Les mauvais payeurs chinois sont par exemple marqués, estampillés, lors des appels téléphoniques: un message en préambule du décrochage d’un interlocuteur le prévient du mauvais comportement de celui qu'il tente de joindre. Il est également prévu d’afficher les « mauvaises réputations » sur écran géant dans les espaces publics, dans les gares et aéroports. Ces personnes sont interdites de déplacement hors de leur canton, hors du pays, selon la cotation qui lui est attribuée. Du côté de la vidéosurveillance, on identifie tout ce qu'il est possible d'enregistrer, de capter. Cet éventail va de l’incivil qui traverse en dehors des clous à la présumée préférence sexuelle morphologiquement prédite par intelligence artificielle.



Les technologies sont entrées si rapidement et si profondément dans notre cadre privé, intime, qu’une nouvelle ségrégation se met en place, pilotée par le pouvoir en place ou par des groupes d’influence (du Parti communiste aux écologistes en passant par les services publics, nous sommes classés selon nos positions). Ce ne serait pas aussi dérangeant si, de plus en plus, une convergence de ces bases de données ne se mettait aussi en place.

Rajoutons, qu'économiquement, la Chine a tout intérêt à vendre son modèle technologique. Non seulement c'est une manne financière, mais c'est aussi un vecteur puissant et très peu coûteux de propagande de son idéologie. C'est bien connu, le numérique se joue des frontières physiques. Il y a clairement un risque de débordement culturel et encore une fois idéologique, à moindre coût.


Il faut surtout espérer que l’Histoire ne verra pas une puissance (de nature politique, mais possiblement aussi économique) profiter de ce nouveau ségrégationnisme jaune par l’exclusion temporaire ou définitive de celles et ceux qu’ils auront jugé trop différents de leurs standards.


Sinon, l'Histoire se répèterait...


@stephanledoare

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page