top of page
  • Stéphan Le Doaré

La « guerre » du Covid

Dernière mise à jour : 6 janv. 2022


"En politique, une vérité indiscutée n’est souvent qu’une erreur suffisamment répétée." Gustave Le Bon


Un bel exemple en est donné par un pseudo "fact-checking" du journal Le Monde qui a voulu démonter l'information suivante :

"Le 18 octobre 2019 (quelques mois à peine avant l’apparition du Covid-19), la "Fondation Bill et Melinda GATES" (en coopération avec le forum économique mondial) a hébergé "Event 201", la simulation "sur table", d'une durée de trois heures et demie, d'une pandémie mondiale."

Cette information est bien vraie, la simulation a bien eu lieu. Les différents fact-checkeurs qui tenteront de démonter cette information diront : "il n'y a pas de lien avec l'épidémie de Covid-19, personne ne pouvait prévoir le futur" et colleront un gros "INFOX", seul mot retenu par les relayeurs sur les différents réseaux sociaux.


Ce qu'il me semble important de retenir, c'est qu'un certain nombre de dirigeants de firmes mondiales ont bien pris la peine de simuler une pandémie.

Ndla : j'ai bien, moi-même, écrit un roman traitant d'une pandémie en 2017, Ré-évolution...


Un certain nombre de dirigeants de firmes mondiales ont bien pris la peine de simuler une pandémie.

La gestion juridique de cette crise sanitaire ne fait que commencer. Des collectifs ont déjà porté plainte contre Jean Castex, Agnès Buzin ou Olivier Véran. Reste à savoir si ces plaintes vont aboutir, vu les fins de non-recevoir données par les tribunaux de différents pays (Belgique, Israel...). Il est à noter que de ne pas imposer l'obligation vaccinale permet au gouvernement de se dédouaner en cas de problème sérieux qui ferait remonter sur lui la justice. L'affaire du "sang contaminé" (dont certains protagonistes sont encore à la manoeuvre) aura servi de leçon en terme de protection juridique de nos décideurs. Sans compter, comme nous le verrons plus loin, la couverture du Secret Défense qui empêchera le bon déroulé des dossiers.


Regardons par exemple les propos de la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui déclarera au démarrage de l'épidémie de Covid-19 : « Le risque d’importation (du virus) depuis Wuhan est modéré. Il est maintenant pratiquement nul car la ville est isolée. Les risques de cas secondaires autour d’un cas importé sont très faibles. Et les risques de propagation du coronavirus sont très faibles.". Elle minimisera ensuite ses dires lors de la commission d'enquête du Sénat tout en arguant de la "grande préparation de son ministère". Notons aussi que malgré certains fact-checkings, son mari, Yves Lévy, a bien visité le laboratoire accrédité "P4" construit en collaboration franco-chinoise à Wuhan. Cette visite se situe deux ans après le début de la construction du laboratoire, en février 2017, lors de la remise de l'accréditation "P4". Pour l’occasion, le Premier ministre français Bernard Cazeneuve se rend sur les lieux, accompagné de la ministre française des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine, ainsi que d'Yves Lévy, qui est alors président de l’Inserm.

Aujourd'hui, Agnès Buzin est mise en examen pour cette crise et, dans le même temps, reçoit la Légion d'Honneur le 1er janvier 2022 pour la même raison. Comprenne qui peut.


Le 16 mars 2020, à 6 reprises, Emmanuel Macron reprend le terme de "guerre" dans son allocution aux Français. L'avantage d'une telle déclaration est, et nous ne le comprendrons pas immédiatement, de placer toutes les décisions prises sur ce sujet sous le sceau du "secret défense". Sceau qui ne peut être levé avant 50 ans. Ainsi, toutes les décisions, tous les contrats concernant les "vaccins" seront tenus secrets. Tous les documents seront "caviardés" (selon le jargon des services secrets) pour effacer par exemple les montants des transactions. L'opacité sera totale sur les relations du gouvernement avec les sociétés mondiales appelées Big Pharma, dont Pfizer et autres Moderna... Là encore, malgré des titres trompeurs (voir la source 20minutes en bas de page), on lit bien : « Les délibérations rendues en Conseil de défense sanitaire sont classifiées Secret Défense, obstruant le travail des enquêteurs de la Cour de justice de la République sur la gestion de la pandémie. »


« Les délibérations rendues en Conseil de défense sanitaire sont classifiées Secret Défense, obstruant le travail des enquêteurs de la Cour de justice de la République sur la gestion de la pandémie. »


Et le journal d'expliquer : "Si cet extrait est authentique, l'interprétation qui en est faite en ligne est erronée. Car le Secret Défense en question n'est pas une mesure nouvellement appliquée."

L'argument avancé pour déconstruire l'information serait donc, pour 20 minutes, que le "Secret Défense" ... n'est pas nouveau...

Le quotidien explique même ensuite la procédure de ces Conseils de défense : « Avant d’entrer, les participants doivent, par exemple, remettre leur téléphone portable. On leur donne alors un bloc-notes dont chaque page est barrée par un "Secret Défense" en lettres capitales rouges. »


Concernant le traitement médical de la Covid, je l'ai déjà souligné dans un article précédent : la politique du ministre de la Santé est depuis le début d'obliger à la vaccination (le terme a été enfin prononcé par Olivier Véran, ce qui, soit dit en passant est un comble pour un ministre), d'interdire la pratique des médecins de ville et la médication (en interdisant des médicaments comme l'hydroxychloroquine suite à un document jugé faux du Lancet... Tout de même...)



De leur côté, selon LCI, "les entreprises Pfizer, BioNTech et Moderna engrangent un profit combiné de 65.000 dollars par minute grâce à leurs vaccins contre le Covid-19". Dans le même temps, selon le site "La Libre", "le chiffre d'affaires de Pfizer se fixe à 24,1 milliards de dollars pour le troisième trimestre 2021, soit une hausse de 130 % par rapport à la même période de 2020. Avec près de 13 milliards de dollars de ventes du vaccin anti-Covid, Pfizer a donc plus que doublé son chiffre d'affaires sur cette période."

"les entreprises Pfizer, BioNTech et Moderna engrangent un profit combiné de 65.000 dollars par minute grâce à leurs vaccins contre le Covid-19"

Rappelons quand même que Pfizer est aussi recordman du monde des amendes pour ses pratiques commerciales avec une amende de 2,3 milliards de dollars. (En tout, Pfizer et ses filiales chargées "d'étaler" les amendes sur différentes structures en a pour plus de 5 milliards d'amendes). Rappelons aussi que 2 milliards de dollars, c'est beaucoup d'argent, et que ces pratiques frauduleuses ne sont pas de simples fautes de calculs de prix sur des propositions commerciales.


Ces pratiques frauduleuses ne sont pas de simples fautes de calculs de prix sur des propositions commerciales.


En résumé, nous avons donc un gouvernement qui traite avec un (des) laboratoire habitué des pratiques commerciales frauduleuses, en interdisant toute autre médication, tout cela sous "Secret Défense".


Circulez, y'a rien à voir...


Une fois n'est pas coutume, vous trouverez les sources des articles ci-dessous.


Stéphan Le Doaré


Sources:


151 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page